Infos & réservations

04 84 25 02 68

00 33 4 84 25 02 68

Lun.Ven 9h - 20h / Sam.Dim 9h - 18h

Titanic II : Un ancêtre remis techniquement au goût du jour

0

Au premier coup d’œil, on dirait le même bateau. Mais à y regarder d’un peu plus près, les différences sont sensibles. La semaine dernière, le milliardaire australien Clive Palmer, qui a décidé de transformer en réalité un rêve un peu fou, celui de construire une réplique du Titanic, a présenté son projet et dévoilé quelques détails du futur navire. Côté design, les études ont été confiées au bureau d’architecture finlandais Deltamarin. Avec une lettre de mission simple : Faire en sorte que le Titanic II ressemble le plus possible à son illustre aîné, disparu en avril 1912, tout en améliorant le design de la carène et en rendant le bateau conforme à la règlementation d’aujourd’hui, notamment en ce qui concerne la sécurité. Alors que le compartimentage est évidemment retravaillé, un nouveau pont a été intégré (entre les ponts C et D) pour loger des embarcations et systèmes de sauvetage modernes. Le Titanic II est donc plus haut que son ancêtre.

Vue du Titanic II. crédits : BLUE STAR LINE.

Carène optimisée, élargissement et introduction de pods

Côté coque, les lignes de la carène sont optimisées, afin d’améliorer l’écoulement de l’eau et, ainsi, diminuer la consommation en carburant. La forme de la poupe a été significativement modifiée, ne conservant son dessin original que jusqu’à la ligne de flottaison. Au dessous, la partie incluant le gouvernail et l’hélice centrale est supprimée, les trois hélices d’origine étant remplacée par trois pods, des moteurs électriques placés dans des nacelles orientables, servant de propulseurs et de gouvernails, tout en permettant de supprimer les lignes d’arbres. A la proue, deux propulseurs d’étrave ont également été ajoutés. Si la longueur du Titanic est conservée, à savoir 269 mètres environ, le nouveau paquebot est 4 mètres plus large que le modèle original (28.5 mètres), ce qui permet d’améliorer la stabilité. Mais aussi d’intégrer de nouveaux espaces publics, comme un casino et un théâtre. Pour le reste, Clive Palmer souhaite reproduire le plus fidèlement possible le premier Titanic, ses cabines, ses suites, ses restaurants, ses salons, son fumoir, son grand escalier ou encore ses bains turcs.

Transat inaugurale espérée en 2016

Le navire, qui doit être réalisé par CSC Jinling Shipyard, l’un des plus grands chantiers chinois, vise un public désireux de revivre l’âge d’or des traversées transatlantiques, dans une ambiance proche de celle de la grande époque des liners. L’objectif de Clive Palmer est de permettre au Titanic II de réaliser en 2016, dans le sillage de son aîné, sa transatlantique inaugurale entre Southampton et New York. Le milliardaire australien prévoit ensuite que sa compagnie, Blue Star Line, exploite le paquebot sur ce service mythique entre l’Europe et les Etats-Unis, mais aussi sur de grandes croisières autour du monde. Un challenge technique et commercial qui, malgré (ou peut-être à cause de) son côté décalé, suscite en tous cas un très vif intérêt.

[Total : 1    Moyenne : 4/5]
Partager cet article

Laisser un commentaire